The « Moonwalkers », sorti en mars 2015 nous fait vivre l’une des théories du complot les plus débattues au monde : l’alunissage. Avons-nous vraiment marché sur la Lune ? Le réalisateur français Antoine Bardou-Jacquet signe à mon goût l’une des meilleures comédies à l’accent british.

Car, oui, « Moonwalkers » se passe en Angleterre, ou plutôt dans l’Angleterre de 1969, à l’âge d’or de la génération hippie. Et le film ne se ménage pas pour reprendre les codes de la « hippisation » de la société de l’époque : tenues hyper colorés, rock, alcool, sex, et bien sûr drogues en tous genres. Le spectateur est directement plongé dans l’atmosphère psychédélique avec un générique complètement déjanté.

L’histoire met en scène un duo entre un manager qui va d’échec en échec et un agent de la CIA qui ne recule devant rien avant d’arriver à son objectif et qui n’hésite pas à user de tous les moyens pour y parvenir. Ce duo est brillamment incarné par Ron Perlman et Rupert Grint dont la qualité d’acting est remarquable.

Le film en soi est une réussite tant sur la qualité du scénario que sur sa capacité à ne pas s’essouffler (quoique parfois assez prévisible), mais son meilleur atout est la diversité des personnages présentés à l’écran. L’alternance entre le caractère très professionnel de Ron Perlman dont la présence rappelle l’intrigue du film qui est très sérieuse, et l’extravagance des jeunes hippies peu soucieux de leurs avenirs prête bien évidemment à rire et invite le spectateur à passer un très bon moment cinématographique.

Mon conseil pour apprécier son visionnage : l’accent anglais des acteurs est absolument délicieux et indispensable à mon sens pour regarder ce film. Je conseille son visionnage en lendemain de soirée, entre copains et par pitié…en VO :).

Mathieu

Categories: Coup de coeur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *