Vynil avait tout pour réussir, un casting plus qu’alléchant, une production énorme, une BO quasiment inégalable (c’est purement subjectif), mais voilà, parfois la vie est pleine de surprise. Cette série d’HBO, partant d’une idée originale de Mick Jagger et dont le pilote a été réalisé par Martin Scorsese plongeait le spectateur dans l’ambiance Rock des années 70, durant le passage entre la grande époque du rock’n’roll et les nouvelles musiques disco/funk. On y suit la vie de Richie Finestra, un producteur dont la consommation de cocaïne est intimement liée à son taux de stress, et ayant bâti la fortune de son label de manière plus ou moins honnête. On peut le voir se démener pour faire renaitre les cendres de son label tout en luttant contre ses problèmes familiaux, ses démons et ses addictions. Un bon cocktail qui fait de Richie un personnage charismatique et attachant malgré ses nombreux travers. Ensuite si la série est géniale à regarder c’est aussi parce qu’on a de nombreuses apparitions des artistes de l’époque, Elvis Presley, John Lennon, Bob Marley et pleins d’autres. Grace à cet série on est plongé dans cet univers parfois malsain qui tourne autours de la musique et des artistes. Les acteurs sont tous très bons et il y’a vraiment peu de chose à reprocher à cette série.

Mais que s’est-il alors passé pour quelle ne soit pas reprogrammé ?

N’en déplaise aux fans, ce qui compte pour une production c’est son retour sur investissement (cf. Sense 8, The get down…). En effet, bien que la presse ait très bien reçu la série, 77% de note moyenne et en France Télérama écrit : « Il est rare que l’on tombe sur deux heures de fiction télé aussi virtuose, aussi brillamment écrites, mises en scène et interprétées », la série n’est absolument pas rentable. Le pilote de Vynil a couté 30 millions d’euros de production, est un coup moyen pour les 9 épisodes suivants de 8,7 millions par épisode. En comparaison, la série phare d’HBO, Game of Thrones coute environ 10 millions par épisode. Maintenant, comparons les audiences de la saison 1 des deux séries : 650 000 spectateurs en moyenne aux états unis pour Vynil, quand GOT en attirait déjà 9,3 millions. Les temps ont changé pour les séries, la compétition est de plus en plus forte entre les différents acteurs, (netflix, amazon, hulu) et la chaine a ainsi dû subir la pression monétaire en voyant les résultats de la saison 1. L’interprète du personnage principale, Bobby Cannavale, déclarait ceci : Ce qui est sûr, c’est qu’on a changé d’époque. Il n’y a pas si longtemps, HBO était une chaîne qui protégeait les créateurs et les soutenait jusqu’au bout. Je ne sais pas trop pourquoi ce n’est plus le cas, c’est sans doute dû au durcissement de la concurrence sur le câble.

L’origine de ce manque d’audience ?

Bien qu’il ait été difficile pour les producteurs d’abandonner cette série, qu’ils voulaient renouveler durant un premier temps, on comprend mieux l’origine de l’annulation de la série. Ce qui est moins compréhensible pourtant c’est le peu de personnes aux rendez-vous dans le public. Deux explications ressortent, la difficulté de la série à choisir un thème réel, la vie de Richie Finestra ? Le contexte historique ? Les pensées des jeunes de l’époque ? la série a peut-être voulu trop en faire et n’a pas pu trouver son public. La deuxième proposition est celle du « show runner » Terence Winter (comprendre l’homme qui gère la série au quotidien), il dit en parlant de Vynil : « Peut-être les années 70 étaient-elles simplement trop proches. Les récits d’époque sont très lourd. C’est difficile de décrire une réalité qui est encore fraiche dans l’esprit des gens. »

Quoi qu’il en soit, la série est totalement appréciable en une saison et le final est suffisamment bien construit pour offrir une conclusion à la saison 1. Donc foncez dans votre lit regarder cette œuvre !

Oscar

Categories: Coup de gueule

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *