Synopsis

Odette a huit ans, elle aime danser et dessiner. Pourquoi se méfierait-elle d’un ami de ses parents, Gilbert, qui lui propose de « jouer aux chatouilles » ? Adulte, Odette dans sa colère, libère sa parole et embrasse la vie…

L’équipe du film : Andréa Bescond et Eric Métayer, co-réalisateurs

Cette auto-fiction traite d’un sujet lourd : les violences sexuelles faites aux mineurs, toutefois Andréa Bescond et Eric Métayer n’ont pas voulu jouer sur le dramatique et proposent au contraire un film solaire, énergique qui leur ressemble. Le film est adapté du spectacle de théâtre Les Chatouilles ou la danse de la colère qui a remporté un franc succès au Festival d’Avignon en 2015 où Andréa Bescond jouait sur scène tous les personnages. Le film surprend par sa forme originale qu’il doit au spectacle qui l’a précédé. A. Bescond et E. Métayer souhaitaient garder le dynamisme et la fluidité d’une représentation théâtrale afin de transmettre l’énergie viscérale qui animait le spectacle. Les Chatouilles est le premier film des deux réalisateurs et ils affirment eux-mêmes qu’il y avait tout pour rater tant les tentatives expérimentales sont nombreuses. Pourtant, riche de ce mélange de genres, le film est sélectionné à Cannes dans la catégorie Un Certain Regard et remporte un grand succès. Le film qui mêle danse, rêve, burlesque et émotion est une œuvre de résilience, qui témoigne du chemin long et douloureux que doivent parcourir les victimes. Le personnage principal Odette se reconstruit peu à peu au travers de la danse et de relations amoureuses et amicales qui la soutiennent. Toutefois, le film montre aussi les victimes qui ne s’en sortent pas comme la sœur de Gilbert qui a été violée par son propre frère. Il n’y a pas de recette miracle pour se remettre d’un traumatisme et certains en restent prisonniers.

Les Chatouilles témoigne de toute l’ambiguïté qui peut exister dans une situation extrême comme celle que vit Odette : son bourreau est le meilleur ami de ses parents, admiré de tous et comment se fait-il que ces derniers n’aient jamais rien remarqué ? Aussi, que vont penser les gens quand cela va se savoir ? Tu penses à la famille de Miguet ? Tu lui avais dit non ? Toutes ces questions apparemment impensables sont pourtant réelles dans ces situations. Pierre Deladonchamps en pédophile glaçant mais si amical qu’on lui aurait fait confiance sans arrière-pensée. Clovis Cornillac joue à le perfection le père affectueux qui n’a pas les clefs pour apaiser la douleur de sa fille et Karine Viard la mère dure qui porte en elle une blessure qu’elle a refoulée.

La psychanalyse est un fil directeur tout au long du film car c’est à travers sa thérapie qu’Odette se remémore son enfance, qu’elle fait voyager le spectateur et sa psy dans ses souvenirs, ses rêves et ses désirs. On voyage avec elle à l’Opéra, aux Etats-Unis pour échapper à la réalité. Ces disgressions donne de la légèreté au film, une poésie presque burlesque. Odette ne sera pas prisonnière de ses traumatismes et vaincra.
L’écriture du film et le tournage à deux mains a permis aux deux réalisateurs débutants d’avoir confiance en leurs idées car ils pouvaient toujours compter l’un sur l’autre pour donner leurs avis. Ils confessent même avoir bien fonctionné en « good cop/bad cop » car il y en avait toujours un pour rassurer les acteurs ou donner des conseils quand l’autre n’était pas d’accord.

L’avis d’Extérieur Nuit

La découverte du film Les Chatouilles a été une réelle surprise car loin de traiter du thème des violences sexuelles sur mineurs avec lourdeur et drame, le film est une réelle ode à la vie. La réalisation est dynamique, comme un souffle coupé, les scènes s’enchainent, s’accélérant comme paniquées elles aussi, par la situation. Elle emprunte énormément au monde du rêve, de l’imagination et le mélange des codes théâtraux avec ceux cinématographiques donne un nouveau souffle au cinéma français. C’est un film lumineux qui ose parler, dénoncer, danser, crier. La danse, concentré de vertus thérapeutiques permet au personnage de s’élever et de grandir. A.Bescond et E.Métayer nous présentent un spectacle complet qui montre une reconstruction longue d’une femme qui n’est pas prête à abandonner la vie.

Alis Golding & Eva Pons

Categories: Avant-Première

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *