Synopsis

Lola a deux frères : Benoit, qui se marie pour la troisième fois, et Pierre, qui débarque en retard au mariage… Excuses, reproches, engueulades, brouilles, chacun essaye de vivre sa vie de son côté. Benoit va devenir père sans y être prêt. Lola fait la rencontre de Zoher alors qu’elle s’occupe de son divorce. Quant à Pierre, ses problèmes professionnels s’enveniment. Tout dans leur vie devrait les éloigner, mais ces trois-là sont inséparables.

L’équipe du film : Jean-Paul Rouve (acteur et réalisateur), José Garcia (acteur), Ludivine Sagnier (actrice)

Le film retrace l’histoire d’une fratrie, celle de Lola, Pierre et Benoît. Ces trois frères et sœurs, qui vivent leur vie quotidienne chacun de leur côté, se retrouvent tous ensemble une fois par semaine au cimetière sur la tombe de leurs parents. Paradoxalement, le cimetière apparaît ici comme un lieu de vie pour la fratrie, ils s’y retrouvent et discutent tous ensemble, se livrent plus facilement. Jean-Paul Rouve insiste d’ailleurs sur l’aspect terriblement cinématographique des cimetières et a voulu y ajouter une certaine ironie en passant d’un lieu de paix et de calme à un lieu de conflits et de déclarations vives pour la fratrie. Entre ces moments de crises et larmes, le personnage de Lola est synonyme de tendresse, comme une mère réconfortante et à l’écoute pour ses deux frères déconnectés de leurs émotions. Le réalisateur présente ici la famille avec toutes ses contradictions, quoiqu’il arrive elle est liée pour la vie. Sans doute ces personnages ne seraient pas amis s’ils n’étaient pas de la même famille mais le lien familial et différent, il semblerait que malgré des actes qui pourraient sembler impardonnables, ces frères et sœurs se pardonnent et resteront présent les uns pour les autres. Jean-Paul Rouve se sert de métaphores pour évoquer les liens de cette fratrie avec un immeuble au début du film qui se fissure, puis s’effondre à l’image des relations fraternelles qui se détériorent.

Il y a quelque chose de très réel dans le film, on y croit, les personnages sont simples et on s’identifie. En effet, le réalisateur affirme que ce qui lui plaît dans le cinéma, c’est de filmer le réel. Le but est de ne pas tomber dans le documentaire mais de ne pas non plus esthétiser les choses. Ainsi les métiers ont une part importante dans le film puisque ce sont des métiers qu’on pourrait qualifier de classique, très concrets, Benoît est opticien, Pierre travaille dans les bâtiments et Lola est avocate. Au cinéma, les métiers des personnages sont souvent en dehors de la vie économique, mais ici ces métiers permettent de mieux façonner les personnages dans le réel. José Garcia parle du personnage de Pierre comme un homme seul, isolé, un peu comme un bloc de granite qui rappelle justement son métier. D’ailleurs, la fissure de l’immeuble apparaît comme la première fissure pour lui-même, le début d’une déchirure intérieure qui va bouleverser son existence.

Ce film apparaît comme une critique des aléas de la vie quotidienne. Les scènes où le personnage de Pierre se rend à Pôle Emploi remettent en cause les questions dans lesquelles on essaye d’enfermer les gens pour tenter de les ranger dans des cases. Pôle Emploi cherche des questions absurdes pour noyer le problème. L’absurde de la société fini par faire rire le spectateur. Le drôle né ici du pathétique et c’est une chose qu’on retrouve tout au long du film.

L’Avis d’Extérieur Nuit

Ce film réalisé par Jean-Paul Rouve est une belle représentation des relations entre frères et sœurs. On y découvre de la joie, des disputes, des secrets et de l’affection et on observe à l’écran une réelle complicité entre eux. Le casting est harmonieux, Ludivine Sagnier qui interprète le rôle de Lola sait comment prendre le dessus face à des personnages imposants interprétés par José Garcia et Jean-Paul Rouve. On pourrait parfois penser que Lola est la grande sœur alors que c’est la plus petite de la fratrie, c’est intéressant de voir comment les rôles se substituent selon les différentes situations du film. L’équilibre entre comédie et drame atténue des sujets sensibles comme la mort, la stérilité ou le divorce. En effet, le réalisateur a su comment ajouter une petite touche comique dans les moments les plus tendus. On vous garantit de passer un bon moment en regardant ce film à la fois drôle et touchant.

Youssef Nekmouche & Marouchka Alexandroff

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *