Synopsis:

La série, sortie sur Netflix le mois dernier, raconte l’histoire d’Emma, une jeune romancière mondialement connue. Emma est hantée par un démon nommée Marianne, qui a commencé à apparaître dans ses cauchemars dès son adolescence. Lorsque Emma, qui a construit toute  sa carrière littéraire autour de Marianne, prend la décision de ne plus écrire sur elle, celle-ci va “prendre vie” dans le monde réel.

Dès les premières scènes du premier épisode, nous sommes plongés dans l’ambiance : Emma est une romancière adorée mais peu stable, qui veut tourner la page des aventures de Marianne. Ses fans sont en colère, mais elle se soucie peu de leurs réactions en séances de dédicace … jusqu’à celle où elle revoit une amie d’enfance. Celle-ci lui supplie de continuer d’écrire sur Marianne, car sa mère serait possédée par le démon. La série nous plonge ensuite rapidement à Elden, village breton de son enfance.

 

 

 

 

 

 

 

 

Une belle découverte …

 Les trois premiers épisodes, sur les 8 que compte la série, sont franchement très réussis! Mais pour avoir terminé Marianne la semaine dernière, je dois avouer que cela ne tient qu’à peu de choses.

L’horreur est très largement basée sur le personnage de Madame Daugeron, incarnée par l’actrice de Mireille Herbstmeyer. Le premier personnage possédé par Marianne est terrifiant, et l’interprétation de l’actrice est parfaite : sans en faire des tonnes, elle nous met mal à l’aise. Tout passe par son attitude et son regard.  

Deuxième point positif de la série : le mélange horreur – humour, qui a pu en déranger certains ! Cela passe par la musique et par des éléments de narration, mais aussi par un personnage, celui du policier joué par Alban Lenoir. Son personnage un peu mal à l’aise devant Emma, son passé d’adolescent rebelle font tout son charme.

 

 

Et puis tout à coup … des déceptions (spoiler alert)

 A l’épisode 4, tout bascule. Le charme de la série disparaît, et la suite n’est selon moi que déception. Marianne change de corps et l’horreur n’est plus que tension interminable et jumpscares.

Au niveau du scénario, le personnage d’Emma est détestable de part son égoïsme à toute épreuve.  Personnellement, je n’ai plus envie de la sauver de Marianne.

L’introduction de la bande de potes d’enfance d’Emma n’apporte pas grand chose à l’histoire, c’est juste un peu drôle de temps à autre mais rien de plus. Surtout qu’elle apporte de nouveaux problèmes, au niveau du jeu d’acteur: mention spéciale à la scène de la voiture, même si on a vu des choses bien pires au pôle sélection, c’est franchement dommage. Plus on voit la bande de potes d’Emma à l’écran et moins on a envie de s’attacher à eux. Même les versions jeunes des personnages sont décevantes.

Seul le personnage d’Aurore, jouée par Tiphaine Daviot, sauve la mise selon moi. Petite anecdote Extérieur Nuit : j’avais découvert l’actrice dans son court-métrage Les Bigorneaux projeté lors de notre festival il y a deux ans.

 

En bref :

Une série bancale, avec de bons et de mauvais éléments. Une fin bâclée qui m’a personnellement déçue, même par la forme finale de Marianne(spoiler : elle ressemble à un alien de Mars Attack).

Si vous voulez une série d’horreur, regardez The haunting of hill house dont Inès vous avait parlé.

Et si vous voulez une grosse frayeur à la française, testez Pascal Laugier. “Coup de coeur” personnel pour Martyrs, attention c’est très … dérangeant / gore / extrême, mais au moins le film tiendra ses promesses.

 

Ecrit par Sarah Bobb

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *